eBike : La montagne de Lachat en deux épisodes

Vue depuis le sommet de la Montagne de Lachat
Et une de moins : Une rando qui me trottait dans la tête depuis un moment et que j'ai enfin faite en m'y reprenant à deux fois : La Montagne de Lachat. Pour situer le débat, on est au nord d'Annecy, entre le massif des Bornes et celui des Aravis, à deux pas du Parmelan et du plateau des Glières ("Vivre libre ou mourir"). La Montagne de Lachat se situe "entre" Dingy Saint Clair et Naves Parmelan. Elle culmine à la vertigineuse altitude de 1281 mètres, pas de quoi casser trois pattes à un canard... Mais voila c'est un des "sommets" que je peux voir depuis mon balcon et qui me "niargue" quand je bois ma bière (ce qui arrive bien souvent). Cette crête est souvent emprunté par des randos VTT (en particulier celle de la Trans-Fieres-Fillieres) et aussi par le Trail des Glaisins.













Première tentative


La première trace dans Sity-Trail
Etant en vacances et ayant récupéré ma clavicule vilainement fracturée en trois morceaux au début Juillet, (suite à une mauvaise chute avec mon nouveau destrier électrique), je me lance dans une rando en partie déjà faite sous le Parmelan. Etant d'un naturel un tantinet optimiste sur les capacités du Haibike (je n'ai plus trop d'illusion sur les miennes), je rajoute un morceau de trace pour enchaîner depuis le chalet Chapuis, la Montagne de Lachat et la belle descente vers le pont de Dingy.

Sophie, qui elle travaille la pauvre, me dépose un peu après Villaz avec tout mon barda. En descendant de la voiture, je pose le pied dans une magnifique bouse bien fraîche... Une fois équipé, feu en direction du chalet de l'Anglettaz. Un petit morceau de piste puis une petite route gravie rapidement grâce à l'assistance électrique. Je me cantonne au mode "ECO" bien suffisant sur ce genre de piste pas trop raide.







Une première pause photo et je bifurque vers les chalets des Chappeys. Une vilaine piste bien raide et toute caillouteuse, mais l'assistance est là et je monte jusqu'au Chalet sans problème (lors de mon premier passage avec mon vtt sec, j'avais poussé intégralement). Bizarrement un véhicule de pompier est stationné devant le chalet, je me demande comment il a pu arrivé là, vu l'état de la piste. Une première gourance d'itinéraire. Au chalet il faut prendre le chemin du haut qui mène directement au Petit Montoir, et pas celui du bas qui lui ne mène à rien, sauf à une vilaine sente toute raide et terreuse impossible à emprunter avec un vélo de plus de 20 kilos.... Donc demi-tour pour reprende le bon chemin. J'ai droit aux meuglements des vaches que je dérange une deuxième fois..... Arrivé sous le Parmelan, on passe en mode descente, le début est à peu près roulant mais vite le sentier s’encombre de vilaines pavasses et de racines que je n'arrive pas à passer... Je me "chie" dessus et le souvenir de ma récente gamelle me bloque. Tant pis je descends tranquillou en poussant et en roulottant, je ne veux surtout pas me refaire de bobo. L'arrivée au chalet Chappuis est toujours aussi chouette, pas grand monde à part les machines à reblochon qui font la sieste en ce début d’après midi. Je mitraille et observe la Montagne de Lachat juste en face... C'est quand même bien raide.... On verra.

Depuis le Chalet Chappuis

Depuis le Chalet Chappuis

Chalet Chappuis : Machines à Reblochon au repos






Je repars en direction du Col du Barman (qui se prononce à la française et n'a rien à voir avec un quelconque bistrot).Ça regrimpe sec ensuite tout droit dans un grand alpage. L'assistance ronronne et j'arrive sans trop d'encombre à la lisière de la forêt. Là, ça se complique, c'est méga raide, tout étroit et pas vraiment roulant même avec un VTT d'assisté. Je pousse en ronchonnant pendant 5 minutes. Même l'aide "à pied" de l'assistance n'y arrive plus... Je croise un trailleur qui descend et me lance en rigolant que tout doit passer sur le vélo.... Je fais une pause de 5 minutes puis je me décide à faire demi-tour : Je ne sais pas trop combien de temps va encore durer la montée et j'ai promis à Sophie d'être prudent... Je redescends donc au col du Barman et après quelques hésitations je bascule du côté de Villaz vers la Pierre des Trois Croix. Le début est sympa, mais vite je retombe sur une vilaine piste de débardage, bien raide, caillouteuse et sans grand intérêt. Puis, je retombe sur la route qui monte au parking de départ de la rando du Chalet Chappuis. Je redescend à fond par la route vers Villaz. Une petite pause au bar pour y siroter une petite binouze. Je me rappelle d'une fameuse soirée de Juillet 2000 ou nous y avions suivi la finale du championnat d'Europe de foot et le légendaire but en or de Trezeguet. Une soirée qui s'était fini avec 12 grammes sur un quad... Une autre époque....  Je suis toutefois bien déçu par mon parcours d'aujourd'hui et je me décide à repartir le lendemain sur un autre itinéraire pour arriver à faire cette descente.


Seconde tentative


En regardant les cartes, je me rappelle que, depuis Dingy, une piste monte en dessous du sommet en partant du lieu-dit "Les Tappes". Nous y étions passés en mode rando avec Sophie.
En haut de la piste qui part des Tappes. 
Je repars donc le lendemain après-midi. La piste est méga raide au début puis après juste bien raide. Heureusement avec l'assistance ça passe. J'arrive au point coté 1164 sur la carte IGN. J'avais prévu de redescendre direct, mais en fait j'ai envie de voir le "sommet" de cette montagne. Le sentier est d'abord roulant mais devient vite franchement "barbant". De la caillasse dans tous les sens c'est roulant sur 15 mètres puis poussant puis re-roulant, bref c'est une tantinet "exaspérant" avec un vélo impossible à porter. Je me décide à le poser sur le bord du chemin puis à finir à pied vers le sommet. Après une pause au sommet, ou la vue est sensationnelle sur Annecy,  je repars en sens inverse pour enfin encaper la descente tant attendue. Cette descente est vraiment géniale. Au début du single en forêt sur une pente douce, puis de bons virolos dans une pente qui se renforce. On arrive ensuite dans une pente bien raide, mais pas de caillasse et ça passe à peu près partout, sauf certains passages avec des épingles trop serrées pour moi, ou le chemin a été bousillé par le ravinement. On retombe sur une piste direction Verbin pour se remettre de ces émotions, puis dans une épingle un chemin redescend en mode direct vers le Pont de Dingy. Un passage avec des arbres qui se sont lâchement couchés sur le chemin dans un bon dévers est un peu délicat mais avant et après c'est du tout bon. Il y a même quelques tremplins de saut aménagés (que j'évite soigneusement suite à ma dernière cabriole).
On retombe sur la route du pont de Dingy. Voyant qu'il me reste de la batterie je décide de remonter au village pour aller me siroter une petite bière.. Gaspation !!! Le bistrot n'ouvre qu'a 16h30 et il est 16h00. Tant pis pour a bière, je passe l'assistance en mode "turbo" et je rentre à la maison par la route. En forçant un peu je roule à plus de trente de moyenne, c'est vraiment bizarre....
Bref, la deuxième fois a été la bonne, et je recommande cette descente (en période sèche) à tous les vététistes du coin qui ne l'ont pas encore faite (niveau V3+). Faut juste monter jusqu'au sommet....

Sympa l'espace pique-nique au sommet

La vue depuis le sommet : On distingue le lac d'Annecy côté Duingt

La vue depuis le sommet : On distingue le lac d'Annecy depuis la ville

MisterZou avec ces nouveaux lorgnons : Pousser un vélo électrique c'est fatiguant...

Passage en single au début de la descente

Couleur d'automne en bas de la descente

Les freins refroidissent

Conclusions sur le VTT AE "En mode montagne"

Ben.... C'est pas tout blanc, mais c'est pas tout noir non plus... Mais c'est quand même bien plus blanc que noir. Bref c'est génial, mais...

Les plus : 

L'assistance évidement. Personnellement je n'aurais pas entrepris une telle rando en vtt sec. Trop dur pour moi en ce moment. J'y aurais passé la journée, pour rentrer complètement fracassé... Donc de côté là c'est super positif.

Concernant l'équipement du Haibike Sduro RC :

Malgré ma crainte, les freins Shimano ont tenus bon jusqu'en bas de la descente. J'ai quand même changé les disques pour des modèles "Ice Tech". Le toucher n'est toujours pas ce que j'aime, mais au moins plus de crainte de surchauffe.

Le fourche et l'amortisseur sont "un peu limite" dans des descentes "difficiles" (pour moi). Bon c'est sur qu'il y a du poids à suspendre. Je vais travailler de ce côté là (le poids du pilote :o)) et on verra dans quelques temps ce que ca dis et si il faut monter une nouvelle fourche.

Les pédales plates : Je les avais monté en début de semaine (des Shimano Saint). J'en suis bien content, Elles tiennent les pieds comme il faut et je n'ai plus le stress de rester le pied coincé dans les cales. A re-tester en mode humide, mais pour l'instant je les conserve.

Pneus et chambres : Aucune crevaison à déplorer pendant ces deux journées, J'ai changé les pneus de base (Schwalbe Noby Nic) pour des pneus Hans Dampf plus "costaud" avec des chambres renforcées.

Les moins :

Il y a des limites à l'assistance. Dans les sentiers techniques et étroits ou il est difficile de rouler (avec mon niveau technique limité), devoir pousser un vélo de 23 kilos est vite épuisant. L'aide à la marche ne fonctionne pas tout le temps ou je n'ai pas bien compris comment ça marche.

Le mode "high" me déroute aussi. Je ne sens pas bien ce qu'il apporte. Je vais aller faire des tests sur des chemins connus, pour ressentir un peu plus ce qu'il apporte par rapport au mode "STD"

Manque d'ergonomie de la commande On/Off de l'assistance : le bouton devrait être ailleurs (pas sur le guidon) et non accessible en montée. Il m'est arrivé de couper l'assistance par inadvertance.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Comparatif des tailles de roues VTT : 26, 27.5 ou 29 pouces

eBike : Comparatif moteurs Bosch vs Yamaha

eBike : Test du Haibike SDURO AllMtn RC 2015