eBike : D'Annecy à Sallanches

Encore une belle journée qui s'annonce....
Encore une super ballade. J'y pensais depuis un moment : Relier Pringy, ou je vis, dans la "banlieue" d'Annecy, à Sallanches (au pied du massif du Mont Blanc) ou j'ai vécu pendant une bonne dizaine d'année. En théorie, l'idée est simple : Il suffit de traverser le massif des Aravis. Dans les faits, trouver un itinéraire "abordable" l'est un peu moins. Je découvre par hasard cette trace sur le site d'OpenRunner : Une traversée des Aravis, d'Annecy à Saint Gervais en une journée ! (78km et 3580 d+). Je suis un peu sceptique quand à la faisabilité d'un tel parcours en si peu de temps, mais bon il faut croire qu'il y a des gens qui ont la "maxi caisse". Après quelques modifications, je suis en possession d'une trace qui me va bien, avec mon vélo électrifié. Au lieu d'aller à Saint Gervais, je tournerais à gauche toute pour redescendre sur Sallanches. Pringy - Annecy le vieux- Dingy - Alex - Thônes - Le plateau de Beauregard - Le col des Aravis - Le Plan - Le Christomet - Le Col du Jaillet et enfin Sallanches par les Jorasses. En tout, avec Sity-Trail, je suis à 70 km et 2700 d+. Théoriquement, cela me semble faisable sur la journée en eBike, avec mes deux batteries chargées à bloc. D'expérience, j'ai constaté une autonomie de 30/35km et 1000d+ en roulant avec l'assistance en mode "Normal" (la valeur intermédiaire). En économisant le plus possible, comme je l'avais fait avec Ludo pendant notre weekend en Chartreuse, je pense donc pouvoir faire 35km et 1350 d+ et me télé-transporter ainsi à Sallanches. En regardant le profil du parcours, je m'inquiète juste un peu, de la montée entre Thônes et le sommet de Beauregard au dessus de la Clusaz. Environ 1000 mètres de dénivelé positif en 7km ça commence à monter raide...










Dans la plaine d'Alex... Gogol Fier !
Je suis levé de bon matin ce dimanche 14 Août, pour ce qui s'annonce comme une belle journée de vélo. Départ tranquillou de la maison, j'essaie de ne rien oublier... Je prends la route de Thônes et au début l'itinéraire est le même que celui que j'emprunte quotidiennement pour aller au boulot... Depuis Annecy le Vieux, je descends sur Dingy ou j'ai choisi de prendre des chemins plutôt que l'interminable ligne droite de la plaine d'Alex. Il fait juste la bonne température pour rouler et c'est parfait. Les chemins sont sympa, quoique un peu gadouilleux et je dois souvent trouver la déviation pour ne pas traverser dans la boue. 








Chemins dans la plaine d'Alex, le long du Fier


Le Fier

Petits chemins

J'arrive tranquillement à Thônes ou m'attends la partie "hard" du parcours.
Effectivement d'entrée de match c'est raide... Je mets l'assistance en mode "normal" et j'essaie de pédaler pour grimper en douceur sans trop taper dans la batterie... Quelques passages sont un peu moins raide mais globalement c'est du sérieux, du brutal comme dirait les Tontons Flingueurs.... Concentré sur le pilotage en montée, je rate une bifurcation à droite et je dois redescendre un peu... l'itinéraire prévu quitte la piste pour emprunter un petit chemin de randonnée pédestre qui lui, n'a pas l'air de l’être bien souvent... La végétation est trempée de rosée, il y a pas mal de pavasses avec en plus des passages sans droit à l'erreur.... Bof-Bof, si ça continue comme ça.... Je pousse pendant un petit moment puis je me pose un moment pour réfléchir.... C'est un peu trop casse gueule par là pour mon niveau et mon gros vélo, ça va pas le faire... Je redescends donc vers la piste et je regarde mon GPS : En montant un peu plus, je devrais pouvoir rattraper la trace initiale... Je reprends donc la montée... Toujours aussi raide... Je retombe sur une piste un peu en dessous de "Le Roi du Mont". Petite pause photo... Quelques abricots secs et de la flotte... Effectivement je vais bien retomber sur ma trace, mais dans la bataille, j'ai bien fait 300 mètre de montée en trop... En plus dans une pente aussi raide la première batterie c'est vidée à vitesse grand V... Pas glop... Je retombe sur un passage en goudron... Il fait chaud et ça grimpe toujours aussi sec.... Ma première batterie se vide inexorablement... Et arrivé à "La Closette" à 1300, elle rend grâce... Après avoir mis en place la deuxième batterie, je repars... C'est toujours aussi raide... Par instant, je dois passer en mode "Turbo"  pour ne pas avoir à mettre pied à terre... Les "bonnes choses" ayant heureusement une fin, j'arrive à Beauregard. Le paysage s'ouvre et la vue est superbe.

Première vue de la journée sur la chaîne des Aravis : Au fond la Pointe Percée

Du coté des Glières
L'accès en télécabine depuis La Clusaz rend les chemins un peu "mondifiés", mais bon, la montagne est à tout le monde. Je croise quelques beaux vélos, il y a un panneautage "La Clusaz-All Mountain". À tester... Une autre fois.. Je passe en mode descente en direction du Col de la Croix-Fry. Incroyable le monde.  Je croise toute sorte de tenue : Des traileurs, des randonneurs du dimanche, des marcheurs sur-équipés, des jeunes en maillots de bain.... Je roule au pas... Heureusement, je pars à gauche dans un chemin qui, enfin, me fait retrouver la banane... De la pente, des pavasses, c'est pour ça que je suis "viendu". Je croise un gars en 29 pouces qui remonte... Il a l'air d'être bien claqué... Je retombe sur la route en direction du col des Aravis. Ça ne dure pas heureusement. Je prends de suite à gauche d'abord sur une bonne piste puis sur un monotrace bien agréable qui va monter et m'amener "en douceur" au col des Aravis. Passage bien agréable ou le vélo électrique est à son avantage. Il monte en douceur, ce qui me laisse me concentrer sur le pilotage... Toujours un peu de monde, mais moins qu'à Beauregard .. Le chemin continue jusqu'au Col et là c'est le retour sur terre... Le week-end du 15 Août, je me doutais bien que je n'allais pas être tout seul, mais là... C'est grandiose... Je bois une bonne grosse bière (une blanche de la brasserie du Mont-Blanc). Je regarde le gps et ce qu'il me reste d'autonomie... Ça va pas le faire, c'est sur... Je suis à 50% et il me reste environ 1000 de d+ pour aller à Sallanches... C'est cuit... La première partie de la trace est bien trop raide pour un vélo électrique. Je change mon fusil d'épaule et je me décide pour rentrer à la maison... Il y a des kilomètres certes, mais tout en descente... Et hop demi-tour. Je m'éclate sur le single pour descendre vers la Clusaz. Je suis rattrapé par des jeunes en vtt que je laisse passer. Un peu plus tard, je les rattrape dans un raidillon en montée et, arrivé en haut on discute un moment des bienfaits de l'électricité. Je les questionne sur leur parcours car je remarque que le premier à un tee-shirt de la compagnie des guides de Chamonix. Je suis sur le cul.. ils font Chamonix - Annecy sur la journée... Bon, ils me disent utiliser au max les remontées mécaniques, mais chapeau les gars... Ils repartent à fond les ballons pendant que je réfléchis à la suite de la trace. Remonter à Beauregard puis redescendre sur la Clusaz ou tailler par la route ? J'opte pour la deuxième solution. Je commence en a avoir pleins les bottes et pédaler en montée sous la cagnasse et dans la foule ne me dis trop rien. En mode tour de France je descends vers Thônes... Je n'aime vraiment pas ça. Trop de goudron, de voiture. La plaine d'Alex est interminable... J'ai mal au c.... Il fait chaud et ma deuxième batterie est à 20%. J'arrive à remonter de Dingy à Annecy le vieux et ensuite c'est descente jusqu'à la maison. J'arrive avec 3% d'autonomie...
J'ai quand même un sacré arrière gout de gâchis (non, pas de hachis !) dans la bouche. Pour avoir déjà roulé sur la deuxième partie, avec un itinéraire différent, je sais qu’après le Col des Aravis, les paysages sont absolument grandioses et la trace laisse espérer quelques descentes sympas. Gentiment, Sophie accepte de m'amener au Col des Aravis le lendemain pour que je puisse rouler sur la suite du parcours. Grand Merci !!! 


Le Edge à la fin de la première étape : 82km et 1847d+ !!

"Same Player, Shoot Again"

Le chemin qui part sous le col des Aravis
De bon matin, nous voila donc de nouveau au Col. Une fois équipé, je pars en mode descente vers La Giettaz, ce qui fait toujours bizarre....  Après deux lacets et un cour passage dans un tunnel, je quitte la route, pour un petit mono-trace qui réveille de suite les sens. Je pose plusieurs fois le pied à terre car je n'ai pas envie de me casser la gueule de suite. Après quelques divagations, passages de clôture et de torrent, la trace retombe sur une belle piste qui monte, parallèle aux Aravis. Il fait grand beau mais pas encore trop chaud et rouler avec le vélo électrique est ici un véritable plaisir. Une bifurcation à droite vers le gîte "Le Megevan" et la trace descend directe dans l'champ. Ça descends bien sec, merci les "Shimano-Saint" pour leurs freinage endurant. Ensuite un passage dans les bois avec un joli monotrace en SSSS. La pente est raide, mais le chemin est propre et ça passe quand on évite de trop regarder en bas... Retour sur le goudron, en direction de "Le Plan", ou il y a une (très) petite station avec un télésiège qui remonte sur la "Tête du Torraz". Je cherche un moment le parcours, car je n'ai pas compris que le tracé était "dré dans l'pentu" en face.... Boudiou ca grimpe, grimpe.... En fait, je vais remonter une piste jusqu'au sommet du Christomet. Un moment, je dois mettre pied à terre suite à un écart. Impossible de repartir !! Je pousse pendant 5 minutes en attendant que ça "penche" un peu moins. Je rattrape un gazier en vtt qui a eu la même mauvaise idée que la mienne. Effectivement l'assistance a du bon car j'arrive à monter en roulant alors que lui va certainement pousser tout du long, dans la cagnasse c'est vraiment pas cool. Après une bonne demi-heure à se cramponner au guidon et 500d+ "non stop" plus haut, j'arrive sur la "crête". Bim-Bam-Boum-Badaboum, je me prends la vue sur le massif du Mont Blanc.... Quelle classe !!! Je me pose cinq quinze minutes pour admirer le paysage et bouloter quelques abricots secs... Il y a un chalet, ou des veinards sont en train de préparer le repas de midi.... Avec la vue trois étoiles qu'il y a ici, tout ce que l'on mange doit paraître bon. Je regarde le GPS car je ne dois pas monter au sommet du Christomet, mais passer sur la gauche. Je manque de me planter, en prenant la première piste qui vient, mais je m’aperçois en regardant mieux le GPS qu'elle redescends vers le départ d'un tire-fesse situé un peu plus bas. Le mono-trace qui suit est génialissime. C'est "le" single de montagne qui serpente gentiment entre les fleurs de toutes les couleurs, les gentianes... Comme dirait Charly Brown : "You Know what ? I'm happy !!". Je prends des photos et puis je repars... Les paysages sont sensationnels ! A gauche les Aravis et à droite le massif du Mont Blanc, La piste serpente, monte et descend avec de bon coup-de-cul. Je discute un moment avec des randonneurs "Meuge'van" des bienfaits des vacances "à la montagne". Quelques pauses photos plus loin, j'arrive au col du Jaillet. Qui est bien peuplé. Un couple se chamaille et le mari "engueule" sa femme... J'encape direct la descente sur Sallanches par les Jorasses et d'emblée ça s'annonce compliqué : C'est raide, étroit, boueux, raviné et enraciné... Bref, pas la joie... Quelques passages sympas, mais trop court. Une traversée de tourbière, ou le vélo s'enfonce... Craignosse. La descente dure un moment, mais toujours dans le même style, je déconseille... Dans la descente, je rate un embranchement et je me retrouve sur la route au dessus de Cordon... Allez tant pis, je zappe la fin de la descente car j'ai un sms de mon "assistance" :o) qui m'attend en bas... Banzai !!! Je suis les voitures sur la route et tout schuss j'arrive à Sallanches.. 


Peu après le départ du Col des Aravis

La chaîne des Aravis (la Pointe Percée n'est pas encore visible)

Sous le Christomet, la Pointe Percée qui apparait

Single des Montagnes, sous le Christomet


La Pointe Percée

Carte postale..
 



Un peu avant le Col du Jaillet.  La Pointe Percée et Sallanches en contre-bas
 




"Piscine à Sanglier", dans la descente sur Sallanches



Conclusions


Sur le parcours

La trace n'est pas parfaite, loin de là. La montée entre Thônes et Beauregard est à éviter, car entièrement dans les bois, et trop raide à mon avis en vélo électrique. Il y a de super passages entre Beauregard et le Col des Aravis, en particulier le monotrace dans les champs qui rejoint le col. 
La deuxième partie entre le col des Aravis et le Col du Jaillet est bien plus agréable, voir génialissime. Peut-être faudrait il prendre la piste en partant de plus bas plutôt que le chemin de rando, sous le col des Aravis. Il y a des passages un peu "scabreux", mais ça le fait. La descente après le gite "Le Megevan" est franchement raide, mais pas trop technique. La montée entre "Le Plan" et Le Christomet est raide, mais en eBike ca passe. Après, jusqu'au col du Jaillet, c'est du Bonheur avec un grand B. Par contre, la descente sur Sallanches par les Jorasses est à éviter. A voir pour une autre trace de descente.
Enfin dernier conseil d'évidence, ne faire ce parcours que par grand beau temps, pour profiter à 100% des paysages exceptionnels.
Pour les pressés, ne faire que la deuxième partie, Il doit exister des traces en boucle en partant de la Giettaz, pour éviter de trop longues manip de voitures.



Sur l'autonomie du eBike

L'autonomie restante à la fin de la première étape
Ma première batterie était vide au bout de 30km et 1000 mêtres de d+. C'est conforme à ce que j'ai pu constater jusqu'ici. Dans la montée après Thones, les pentes sont trop raides pour utiliser le mode "ECO", et donc l'autonomie en prends un coup. La deuxième batterie était à moitié vide (ou à moitié pleine !) en arrivant au col des Aravis. Je n 'aurais donc pas pu aller jusqu'à Sallanches sans faire de recharge, puisque le lendemain, j'y suis arrivé avec 30% d'autonomie restante.
Il n'est donc pas facile de déterminer son autonomie. Il faut bien étudier le profil de la future trace et bien analyser les % de pentes. Je vais essayer de me faire un tableau récapitulatif des distances parcourues et des dénivelés pour essayer de me faire une idée juste de ce que l'on peut espérer parcourir, en fonction du profil.
Note 01/09/2016 : Pour estimer de la "faisabilité" d'un parcours, le site de eBikeMaps est bien fait. Il est possible de se créer un vélo avec un batterie et un autre vélo avec deux batteries. Il suffit juste de doubler la capacité (11Ah environ pour le Haibike). Cela permet de se faire une idée assez juste du moment ou il n'y aura "plus de pile".
Pour ma part je sais maintenant d'expérience que, dans mon cas, plus de 60km et 2000d+ (avec deux batteries) ne sont pas faisables sur des profils de moyenne montagne.
Sur des profils plus roulant, c'est évidemment différent.
Le port d'une deuxième batterie dans le sac n'est pas un handicap, je pense, dans la mesure ou on en met un minimum en plus dans le sac. Pour ma part, j'ai un bidon accroché au guidon pour l'eau et les outils sont dans des poches sur la selle, sur le cadre et sur le guidon.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Comparatif des tailles de roues VTT : 26, 27.5 ou 29 pouces

eBike : Comparatif moteurs Bosch vs Yamaha

eBike : Test du Haibike SDURO AllMtn RC 2015