vendredi 31 août 2018

GTMC 2018 en VTTAE de Volvic à Pézenas

Préambule

Ça faisait longtemps que je voulais faire un "grand voyage", chose impossible pour moi dans le cadre classique boulot/vacances... Partir  3/4 jours, je l'avais déjà fait en Lozère, dans le Jura, en Chartreuse, dans la Drôme et le Vaucluse. Mais ce coup-ci, c'est un peu différent, car plus long, 12 jours en vttae. Et seul. Une espèce de challenge. Pas un défi physique, car le vttae est bien plus abordable et facile physiquement que le VTT. Être plus en mode balade, en privilégiant les grands espaces et les beaux paysages. Le soir, le confort d'un gîte ou d'un hotel, et une prise de courant pour recharger mes 2 batteries...


J'ai un peu hésité à partir... Mais pas trop longtemps...

Un mal pour un bien, mes problèmes de santé et de boulot, m'ont laissé du temps pour m'organiser. J'ai d'abord voulu partir au mois de Juin, mais mon chirurgien à mis son veto. Trop tôt. Bon, j'ai remis ça pour le mois d’Août et j'ai "oublié" de lui en parler. J'ai prévenu Pôle Emploi que je ne serai pas disponible avant Septembre.

Pour le parcours, il fallait du simple techniquement et surtout des grands espaces. La GTMC dans sa "nouvelle version 2018", me paraissait tout indiquée. Il ne me restait plus qu'à caler les étapes, pour que Sophie puisse me poser au point de départ et me récupérer sur des weekends. En comptant sur ces doigts, du lundi au vendredi, avec un weekend au milieu, ça fait douze étapes.


Je débuterai donc cette Grande Traversée du Massif Central à Clermont-Ferrand, ou pour être exact à Volvic, petit clin d'œil à ma "passion" pour les eaux minérales et je la terminerai à Pézenas, la patrie du regretté Boby Lapointe, et surtout parce que le Cap d'Adge au mois d’Août, ce n'est pas du tout ma tasse de thé.


J'ai fait et refait des listes de matériel à emmener. Trop de bazar.. Je ne sais pas "voyager" léger.... C'est mon problème. Ça me rassure d'avoir une surdose de ceci, cela et de au cas où.... Puis, petit à petit, j'ai réussi à expurger ma liste, un peu.



Le récit du parcours, étape par étape


Étape 1 : Volvic - Orcival

Étape 2 : Orcival - La Godivelle

Étape 3 : La Godivelle - Saint Flour

Étape 4 : Saint Flour - Chanaleilles

Étape 5 : Chanaleilles - Bagnols les Bains

Étape 6 : Bagnols les Bains - Florac

Etape 7 : Florac - Gîte de l'Hom

Étape 8 : Gîte de l'Hom - Le Vigan

Étape 9 : Le Vigan - Alzon

Étape 10 : Alzon - Lunas

Étape 11 : Lunas - Clermont l'Hérault

Etape 12 - Clermont l'Hérault - Pézenas



Conclusions....

Voila, c'est la fin d'un super voyage qui m'a vraiment plu et enthousiasmé. De supers paysages changeant, entre l'Auvergne, la Lozère, les Cévennes. Des rencontres de gens sympathiques. Pas de galère de matériel, ce que je redoutais, n'étant pas un grand bricoleur. Et deux seuls petits bémols : Un mal au cul persistant et un léger manque de petits singles et de descentes sympa sur le parcours.

Je vous engage à lire la page des conclusions de cette aventure, en espérant qu'elle vous aidera à vous lever et à prendre votre vélo pour partir à votre tour.

Les conclusions


Remerciements....

Merci au "Moustache Bikes", le Race 8 est un super vélo, bien conçu et solide.

Mais surtout, surtout, un BIG merci à "ma Sophie", toujours là, et sans qui ce périple n'aurait pas pu avoir lieu.... De GROS bisoux

mardi 28 août 2018

GTMC 2018 en VTTAE de Volvic à Pézenas - Les préparatifs

Type de parcours


Quelques "mots clés" tournent dans ma tête lorsque je cherche le parcours : "Pas de trop technique", "Roulant", "grands espaces", "paysages".

Concernant l'aspect technique, à partir du moment ou j'avais décidé de partir seul, je m'obligeais à rouler tranquille. Il est hors de question de se faire mal en plein milieu de nulle part. C'était un des point clé pour moi. J'étais disposé à sacrifier une partie du plaisir et à rouler avec une bonne marge de sécurité...

La Grande Traversée du Massif Central était sur le podium. Depuis longtemps. Lors de la "Rando des 50 balais", j'en avais repris certains passage.
J'avais aussi en vue un "Valence-Sisteron", par les Chemins du Soleil, mais je connaissais déjà un peu le coin, donc, lorsque je suis tombé sur la page Facebook de la "nouvelle" GTMC 2018, je me suis décidé pour ce parcours.

Timing et durée des étapes en VTTAE

En regardant un calendrier et pour simplifier l'accès au point de départ et le retour, j'avais décidé de démarrer un lundi et de finir un vendredi avec un weekend au milieu. Cela fait douze jours. Donc 12 étapes.
En utilisant VisuGPX/EditGPX, j'arrive, dans un premier temps, à faire un découpage de VOLVIC à PEZENAS, en coupant à la louche avec une soixantaine de kilomètres pas jour.
La partie "supérieure" de la GTMC qui a été ajouté en 2018, ne m'attire pas plus que cela. Je choisi donc de partir de l'Auvergne. Le départ de Clermont-Ferrand, n'offre pas un grand intérêt à mon avis, si ce n'est celui de partir de la gare SNCF.
Pour l'arrivée, en ce qui me concerne, il était exclu de terminer au Cap d'Agde en été. Si l'arrivée sur la plage et le bain final dans la Méditerranée doivent certainement être plaisant et clore le voyage en beauté, je ne me voyais pas arriver dans la foule estivale.
J'ai donc choisi de couper la trace à Pézenas. Pourquoi Pézenas ? Je ne sais pas trop.... Sans doute la chanson de Boby Lapointe "Framboise"  qui tourne dans la tête depuis longtemps ("..c'est plus près que Caracas, est-ce plus près de Pézenas, je ne sais pas...").

Dormir en gîte/hôtel

C'était aussi un point non négociable. Evidemment en partant en VTTAE, on doit recharger les 2 batteries le soir. Donc pas de possibilité de dormir sous les étoiles... Personnellement, j'ai besoin d'un peu de confort et de réconfort, donc ça me va. Evidemment cela impose une logistique plus grande, surtout que j'ai choisi de réserver à l'avance tous les couchages. Cela impose de respecter son planning et ça ne laisse pas de place aux envies subites ni aux aléas. En établissant une liste de couchage possible, et avec le smartphone, il doit donc être possible de se libérer de cette contrainte. En choisissant son point d'arrivée dans la journée... C'est sans doute ce que je ferai lors de ma prochaine balade. Le choix entre un hotel ou un gite d'étape est aussi important. L'hôtel est plus impersonnel, mais offrira plus de calme et de tranquillité. Le gite d'étape est moins cher et autorise plus de rencontre. A voir donc.... Personnellement, j'ai choisi une majorité d'hotel (les moins chers possibles) que j'ai trouvé et quelques gîtes d'étapes (voir dans les conclusions mon classement).

Durée des étapes

Lors de la "Petite Traversée" du Vaucluse en 2016, j'étais parti avec mon Haibike et deux batteries.
Je décide donc de reconduire cette formule. Cela permet des étapes "conséquentes" et finalement rouler avec une batterie dans le dos n'est pas si pénalisant que cela, avec un bon sac.
L'autonomie en VTTAE est un vaste débat, qui dépend de pas mal de parametres. Le poids du pilote, le dénivelé, les pourcentages en montée, l'état des chemins, l'envie ou non de pédaler.....
D'expérience, je sais qu'avec le Moustache et une batterie de 500WH, je peux faire 35km et 800 de D+. C'est parfois un peu moins, parfois un peu plus.
En me gardant une marge de sécurité, je table donc sur des étapes de 60 Km et 1500 MD+
Il y a toujours la possibilité de recharger en cours de journée. Mais vu la lenteur des charges actuelles, il ne faut pas espérer récupérer plus de 25 / 30 % d'autonomie pendant le repas du midi.

Le découpage des étapes

Une fois décidé du nombre d'étapes et de la durée maxi de celle-ci, il est facile pas) de faire un découpage. Il suffit de trouver ou dormir et cela est relativement facile avec internet et le site de la GTMC qui a recensé les différentes possibilités existantes. Parfois ca colle, d'autrefois non et j'ai du adapter le parcours en faisant des étapes de 70km et d'autre de 50km quand je n'ai pas trouver de couchage.

Partir seul

C'était un choix que je m'étais imposé et non négociable. Dans mes précédentes balades, j'avais souvent du faire des "concessions" à mes coéquipiers sur la durée du parcours. 
Là, je ne voulais pouvoir que compter sur moi-même et m'assumer totalement quitte à ne pas pouvoir partager les bons et les moins bons moments et aussi à être parfois un peu seul le soir. D'un autre côté, cela me permets de décider de faire une pause, ou pas, de s'arrêter dix fois de suite faire des photos ou boire une bière. Se taper un resto le midi pour recharger mes batteries ou se contenter de grignoter des abricots secs. "Etre libre" quoi... :o)) Je n'ai rien d'associable et j'aime la compagnie et les bonnes marrades entre potes, mais cette fois je voulais me tester "en solo".
La notion de sécurité est aussi importante. Durant toute la traversée j'ai toujours eu du réseau téléphonique, parfois pas de data... Avec Google et ma balise Capturs, tout le monde (enfin ceux que cela intéresse) peut connaitre ma position et si je progresse ou pas.

Le vélo

Je pars sur mon Moustache Race 8. Ce eVTT n'est pas vraiment fait pour ce type de parcours "roulant" puisqu'il est plutôt orienté Enduro. Toutefois, il y a pas mal de descente sur des pistes bien caillouteuses, donc la fourche et l'amortisseur ne sont pas de trop. Par contre les gros pneus occasionnent une consommation accrue et sont pénalisant sur les petites routes.

La préparation du vélo

J'ai fait attention à l'entretien avant de partir, car je voulais éviter autant que possible des problèmes mécaniques. Même si avec le temps j'ai un peu appris, je suis lucide sur mes faibles compétences techniques et mécaniques. Je suis un piètre mécano dans mon garage, alors paumé dans la pampa avec juste un multi-outils....
J'ai donc changé chaîne et cassette un peu avant le départ, j'ai aussi changé gaine et cable du dérailleur. J'ai remis du liquide anti crevaison dans les pneus, que j'avais soigneusement inspecté et qui était relativement neuf.
J'avais inspecté et changé les plaquettes de freins.
Pour le reste Inch'Allah....

La liste des "affaires" à trimbaler

Entre les habits de vélo portés la journée, les fringues pour le soir, le nécessaire de toilettes, des outils, différents chargeurs de batterie de vélo, de smartphone, cela fait une belle liste de barda.
En ce qui me concerne, j'ai du mal à partir léger.

Equipement du "pilote"

Casque
Lunettes
Gants
Maillot (un seul que je lavais tous les soirs)
Short (Mavic)
Sous short / cuissard (un seul que je lavais tous les soirs)
Chaussettes (une paire lavée tous les soirs)
Chaussures (je roule en semelle plate)
Polaire légère (en laine mérinos)
Veste de pluie - Endura MT500
Pantalon de pluie - Mavic H20

Pour le soir

Tee-shirt (en mérinos pour éviter d'avoir à le laver)
Short
Caleçon (en mérinos pour éviter d'avoir à le laver)
Maillot de bain (pas de baignades dans les lacs d'Auvergne, par contre piscine dans les hotels)
Tongues

Affaires de toilettes

Serviette légère
Savon (dans un sac en plastique "ziplock")
Shampoing 
Brosse à dent
Dentifrice
"Gant de toilette"

En dormant dans des hotels, il y a toujours des serviettes et du savon, donc....

Dans le sac à dos

Deuxième batterie
Pompe légère
Kit de réparation tubeless
Multi outils
Chiffon-Huile-Brosse à K7
Cordelette
Aimant de capteur de vitesse (Pas sur que l'on puisse le changer facilement en plein dans la Pampa)
Bouteille de liquide anti crevaison tubeless
Démonte pneus
Briquet 
Frontale
Portefeuille léger (CB, liquide, chèque en blanc, carte de sécu, de mutuelle, carte de groupe sanguin)
Liste de téléphone sur papier
Deuxième bidon d'eau
Barres de céréales
Fruits sec (dans une boite légère)
Pharmacie

Divers

Balise Capturs
Creme solaire (J'aurais pu m'en passer)
RollOn piqûre insectes (J'aurais pu m'en passer)
Smartphone (Sert à tout - Attention à bien le protéger)
Bidon d'eau sur le vélo (Camel Podium Chill)
Chargeur smartphone + Chargeur rapide + Cable 
Chambre à air (En cas de grosse crevaison)
Chargeur batterie vélo
Clé batterie vélo (Ne pas les oublier)
GPS Garmin Edge 1030 (Avec les 12 étapes chargées)
Chargeur USB double + 2 cables courts
Antivol léger (Ottolock 46cm)
Casque audio bluetooth
Batterie supplémentaire (téléphone, gps)

Comment j'ai réparti mes "affaires"

Une poche accrochée au guidon qui contient 4 sacs étanches :

Sacoche Révélate Design "SwitRoll" accrochée au guidon (attention aux cables de frein et aux frottements sur le cadre)

Dans le sac bleu : les affaires de toilettes
Dans le orange : Le chargeur de la batterie
Dans le vert : Les affaires pour le soir
Sur la photo il manque un quatrième sac qui contient les chargeurs, cable et connectiques diverses
La sacoche de guidon en mode "BikePacking" pour avoir un sac à dos moins lourd


Chargeur batterie VTTAE (sac "sea to summit" 4L orange)

Ne pas oublier le cordon, ni la clé de la batterie !!

Affaires de toilettes (sac "sea to summit" 4L bleu)

En haut à droite c'est ma serviette de toilette (Sea To Summit Pocket Towel XL - 150 x 75cm)
On devrait pouvoir se passer de l'emballage, mais cela permet de la ranger humide...

Les affaires de toilettes c'est personnel...
Pour 2/3 jours on peut se passer du rasoir, pour plus longtemps, c'est chacun qui voit, moi la barbe naissante ca me gratte
La petite burette à côté du dentifrice c'est du Sanyrène (Urgo) contre le mal au cul (bien efficace)
Savon multi-usage (Dr Bronner) (Se laver et laver le linge le soir)
Shampoing dans une mini bouteille en silicone (GoToob) (J'ai le cuir chevelu sensible)
Finalement je n'ai pas emmené les boules kies mais plutôt un casque de sport bluetooth permettant aussi d'écouter de la musique en roulant.

Affaires pour le soir (sac "sea to summit" 8L vert)

On ne voit pas le maillot de bain et les tongues qui sont dans le sac (mais qui pourrait autre aussi dans cette poche)

Divers chargeurs



Sur la photo, il manque une batterie supplémentaire (dont je ne me suis jamais servi) et un casque audio bluetooth pour écouter de la musique en roulant. Le chargeur USB à 2 prises et j'avais pris deux cables. Le chargeur blanc est un chargeur rapide pour mon smartphone (trop pratique - Ca recharge 80% du téléphone en 1/2 heure)
Une batterie supplémentaire pour le smartphone et le gps.
Finalement, le Edge 1030 tient une journée sans problème.
J'ai préféré assurer pour le smartphone, mais je ne m'en suis pas servi.
Une pochette étanche pour protéger le smartphone au cas ou.
Le smartphone si possible avec une coque de protection, pour ne pas l’abîmer...

Une poche sous la selle


Finalement je n'ai pas pris de cartouche de gaz préférant ne garder qu'une pompe dans le sac à dos
Si cette poche a un look sympa, elle supporte mal les conditions humides et bouillasseuses....

Une poche sur le tube supérieur

Pochette Revelate Design "gas tank"

Finalement le "portefeuille" est dans une poche intérieur du sac à dos.
Non présent sur la photo, le smartphone est ainsi facilement accessible pour prendre des photos et se repérer (et pour écouter la musique)
La clé de la batterie sera finalement rangée aussi en sécurité dans le sac à dos.

Dans le sac à dos


Sac à dos : Amplifi E-Track 23 Black
De la place, un emplacement pour la deuxième batterie, du confort : Parfait


Veste et pantalon de pluie

Il manque une pompe Lezyne, un bidon d'1 litre d'eau, des barres de céréales et des fruits secs
Une chambre à air de secours sanglée au cadre.
Je ne m'en servirai pas, même pas l'ombre d'une crevaison pendant les 12 étapes


Trousse de pharmacie (dans le sac à dos)


Les adeptes de l'ultra-léger, pour gagner des grammes, range les médocs dans des ziplocs.
Je pense que j'avais dix fois trop de trucs, mais ça me rassure....

A propos des sacs étanches "Sea-to Summit" ou autres


Si ils ont le gros avantage d'être étanche et léger, ces sacs ont un gros inconvénients : Il reste toujours de l'air dedans quand on les ferme... Il faut s'y reprendre à trois fois pour essayer de chasser le plus d'air possible avant de les refermer er à la longue c'est un tantinet énervant....


A boire !! (et pas que de la bière)

Sur le Moustache, il y a un porte bidon. J'avais donc un bidon de 0.75L sur le cadre plus un bidon de 1L de "secours" (rempli à moitié) dans le sac (Aout 2018: Grosses chaleurs). Je n'ai jamais eu soif, mais le VTTAE n'occasionne pas des efforts aussi important qu'un vélo sec, donc... 
Il y a des fontaines d'eau accessible dans tous les villages en Auvergne. Après cela se complique un peu, en Lozère et dans les Cévennes, il n'y a plus de fontaine. Sur le Causse Méjean, j'ai du demander directement à des gens qui étaient en train de manger, chez eux. Les bistrots, si on consomme, ne vous refuserons jamais d'eau.
Je pense pour finir qu'en VTTAE, un bidon de 0,75L est suffisant, dans la mesure ou on le fait le plein systématiquement des que cela est possible (il faut y penser). 

Pour ne pas se perdre sur l'itinéraire

Depuis plusieurs années, j'utilise des GPS de vélo Garmin. J'ai récemment acheté un Edge 1030, sur lequel je charge les 12 étapes tracées avec VisuGPX. Cela me permet de suivre l'itinéraire au "plus proche". Ce GPS permet aussi d'arrêter le suivi de la trace pour aller directement à l'arrivée. Utile en cas de coup de moins bien. Un défaut de ce GPS : L'écran, bien qu'il soit de plus en plus grand, ne l'est pas encore assez, à mon gout. Un petit conseil de base : Il est important d'être parfaitement à l'aise avec les manipulations à faire et l'interface de son GPS.
Dans le Smartphone, l'appli Sity-Trail avec les fonds de carte ign téléchargés à l'avance et les traces des étapes. Cela me permet de savoir rapidement ou je suis précisément, et d'étudier des changements d'itinéraire. (pas besoin d'accès internet ni de réseau).
Dans le Smartphone : Accès aux parcours stockés sur VisuGPX (nécessite une connexion internet). Me permet d'étudier le tracé et les dénivelés, le soir pour l'étape du lendemain.

Au cas ou 

La balise Capturs permet d'envoyer un mail avec sa position même sans réseau (fonctionne sur le réseau SIGfox) Malheureusement, j'ai découvert que certains endroits n'étaient pas couvert pas ce réseau
Le 112 sur le smartphone
Je n'ai pas envisagé le cas ou je perdrais connaissance.....

Un peu avant le départ

Se faire une feuille Excel autre ou une liste papier des affaires à amener. J'ai tout chargé dans deux sacs Ikéa en refaisant deux fois le check.


vendredi 24 août 2018

GTMC 2018 en VTTAE de Volvic à Pézenas - Conclusions

Sur le tracé et la qualité du parcours

Premier constat, la GTMC, c'est long. Donc ne pas s'attendre à du single monotrace de bout en bout. Si il y a du sentier sympa, ce n'est pas le cas partout, loin de là et la majorité du cheminement ce fait sur des pistes agricoles, de ski de fond ou sur des pistes DFCI tout au Sud. Le reste c'est de la petite route, et le reste du reste c'est du GR parfois en single. Ne pas s'attendre non plus à des descentes genre station de ski en été. Ce n'est pas une critique de ma part, bien au contraire, mais une simple constatation. Pour ma part, de Volvic à Pezenas, j'ai parcouru un peu plus de 700 km. Il est évidemment hors de question de faire cette distance sur du single, sous peine d'y passer le double de temps. Certaines étapes proposent de bons et longs passages en single, mais on s’aperçoit vite que si cela est plaisant au niveau du pilotage, on ne parcourt pas de grosses distances, loin de là. 
A vous de voir, donc, mais si vous êtes vraiment à la recherche de cheminement majoritairement en single, il vous faudra trouver un autre itinéraire ou adapter la trace actuelle avec VTTTack par exemple.... 

Les paysages 

Par contre ce qui est sur, c'est que la qualité des paysages est absolument top. Les grands espaces sont là avec des paysages sublimes et changeants. L'Auvergne, La Lozère et les Cévennes sont vraiment des régions magnifiques. Le cheminement entre les Puys d'Auvergne est superbe, la vue depuis le Mont Lozère ou le Mont Aigoual sont "topissimes". La traversée des petits villages est souvent un enchantement. Pour faire simple, de Clermont-Ferrand à Clermont-L'Hérault, les paysages sont toujours attirants et souvent grandioses.

Le panneautage

Le panneautage est absolument parfait en Auvergne, bien dans les Cévennes avec parfois quelques trous. Vu la longueur du parcours, on ne peut qu'être enthousiaste sur le boulot réalisé.... A ce demander combien de panneau GTMC ont été déployés le long de l'itinéraire.... 
Pour finir, si vous roulez avec un GPS (ce qui me parait indispensable vu le confort qu'il apporte), attention à bien récupérer les dernières traces gpx sur le site de la GTMC. Pour ne pas l'avoir fait, j'ai parfois été confronté à des changements d'itinéraires sur le terrain, que je n'avais pas dans mon GPS. Cela peut être problématique en vélo électrique ou l'autonomie est un paramètre important.

Niveau technique et physique

Sur la difficulté technique de l'itinéraire, en général, il n'y a rien d'insurmontable ni de trop compliqué. Chacun roule à son niveau bien sur. Certaines descentes (et montées) se font sur des pistes méga-caillouteuses. Sur ce que j'ai parcouru, attention au single le long des gorges du Tarn avant Sainte Enimie. Là, on est sur un vrai parcours de VTT. Il y a de courts passages en portage (ou en poussage). Après le centre de loisir et de plein air, il y a environ 500 mètres à faire sur un chemin qui longe le Tarn au plus proche. Il est tout pourri avec des racines et des grosses pierres. Avec un vélo lourd ou chargé c'est pas marrant du tout.

Je ne peux pas trop me prononcer sur l'aspect physique du parcours, car j'ai roulé en VTTAE qui "aplanit" les difficultés. La montée au Mont Mouchet m'a laissé un "mauvais" souvenir, quelques sections sont de gros défit, mais ne sont jamais long.

Les couchages

Un autre avantage est le nombre de couchages sur l'itinéraire. Cela permet de régler "assez finement" la longueur des étapes. A noter que le site de la GTMC à répertorié une liste de couchage (non exhaustive). Google peut être aussi ton ami...

Le parcours en VTTAE

L'avantage du VTTAE c'est d'aller plus vite et plus loin avec moins d'effort. L'inconvénient c'est l'autonomie. Le parcours est bien adapté au VTTAE car il n'y a pas de portage. Quelques endroits ou le poussage s'impose (les gorges du Tarn voir plus haut), mais ce n'est jamais long. Les portes d'accès à bestiaux ne nécessitent pas non plus de porter le vélo. Donc vous pouvez y aller les yeux fermés. 
La question se pose de prendre une ou deux batteries. Une seule batterie c'est l'assurance de rouler avec un sac super léger mais de faire de moins longue étapes ou alors de vraiment rouler à l'économie. Deux batteries, c'est un sac plus lourd, mais une belle autonomie permettant de rouler sans trop se soucier de savoir si on va aller jusqu’au bout de l'étape et en en gardant sous le pied. En ce qui me concerne, j'étais parti avec deux batteries sur une base de 60 km et 1500 d+ max. Voir un peu plus en s'arrêtant le midi pour manger et recharger (un peu) une batterie.

Le découpage des étapes

Chacun se fixera ses limite en fonction de son niveau physique, de son type de vélo, de ses envies, des participants.
En VTTAE, au delà de 70 km par jour, on entre dans le "déraisonnable", à mon avis, mais c'est bien bon de ne pas être raisonnable parfois :o)) 

A quel moment faire la traversée

A la fin du Printemps ou en Été, semble une évidence. L'Automne est toujours une belle saison, mais c'est malheureusement aussi la saison de la chasse. Au nombre de panneau et de mirador que j'ai vu le long du parcours, cela doit être un peu stressant....

A surveiller particulièrement avant de partir

Personnellement, j'ai été embêté par un mal au c.. persistant. Evidemment, cela dépend de chacun. Mais si vous n'avez jamais fait de "long" parcours en vélo, à rouler toute la journée pendant plusieurs jours, méfiez-vous. Une bonne selle, adaptée à votre morphologie, testée et validée bien avant le départ, avec un bon réglage de hauteur et d'avancement, plus un (très) bon cuissard, est une précaution indispensable à prendre avant le départ.

Conclusion de la conclusion !

Voila, tous ces "conseils" n'ont qu'un seul but : Vous donnez envie de partir vous aussi et vous faire prendre conscience qu'une "balade" en vélo est abordable et n'a rien d'insurmontable, bien au contraire. La GTMC est un itinéraire qui se prête bien à une "première expérience". Le parcours si il est long, est très diversifié et il suffit de choisir un morceau "court" pour commencer. Il est facile techniquement et le VTTAE aplanit les difficultés. Une bonne préparation, un matériel au point et une bande de copain(ines) et vous vous fabriquerez de jolis souvenirs....

Bon roulage à tous, et n'hésitez pas à me contacter si besoin.


GTMC 2018 en VTTAE de Volvic à Pézenas - Etape 12 - Clermont l'Hérault - Pézenas

Etape 12 - Clermont l'Hérault - Pézenas

Si l'étape d'hier était courte, celle ci le sera encore plus. Je décide de zapper la fin du tracé et de rouler sur la route pour arriver à Pézenas, le plus vite possible. Je dois récupérer l'appartement que j'ai loué vers 12h00 donc pas le temps de flâner.... Je traverse Clermont dans l'autre sens pour retomber sur la trace. Ce sera de la piste bien caillouteuse et du goudron dans des paysages moins attirants que lors des étapes précédentes. Arrivé à Cabrieres, je coupe le suivi du parcours sur le Garmin et je prends les petites routes jusqu'a Pézenas.  J'y arrive vers 11h30, ce qui me laisse le temps d'aller siffler une petite bière avant la récupération de l'appartement. Dernier effort, je dois monter le vélo au deuxième étage par un petit escalier, car il n'y a pas d'endroit pour ranger le vélo et je n'ai pas envie de le laisser dans la rue. 





Clermont L'Herault






La route des Caves.... C'est quoi ce GPS de poivrot ??

Voila, c'est la fin de mon périple...



"A chacun son aventure" : Ce petit bonhomme explorant les rues de Pézenas, me fait penser à un eVététiste essayant de trouver son chemin

GTMC 2018 en VTTAE de Volvic à Pézenas - Étape 11 : Lunas - Clermont l'Hérault

Étape 11 : Lunas - Clermont l'Hérault

Démarrage en douceur de l''Auberge Gourmande, je sais qu'aujourd'hui c'est une petite étape vers Clermont l'Herault, et j'en profite. Le départ consiste en une longue montée sur une piste tranquille, pour accèder à un parc d' éoliennes. Tout ce passe bien et je savoure ces moments de tranquillité, en attendant les terres rouges du Salagou. Mon seul but de la journée, hormis de profiter de cette belle journée, c'est de faire un gros plouf dans le lac. Arrivé aux éoliennes, la piste descends vers le petit village de Dio et son beau château. En face, on y est, une colline rouge ou j'ai hâte de poser les pneus. Une première montée un peu raide après avoir traversé la route, puis je commence à rouler sur la planète Mars. Pas mal de piste et du goudron avant d'arriver au lac. Un moment, je perds le panneautage, je dois donc suivre la trace de mon gps, j'ai toujours des décalages entre la version récupérée sur le site et la vrai vie... La dernière descente vers le lac du Salagou est bien ravinée, mais sympa. Ensuite, un peu de  goudron puis les fameux chemins autour du Salagou, qui sont toujours aussi sensationnels, quoiqu'un peu trop fréquenté en ce mois d'Aout... Je dégote une petite crique, ou je mets mon projet à execution : Piquer une tête dans le lac. Je suis tranquille, pas de pression, l'étape est courte. Après un bon bain de soleil, je repars et me décide pour une pause repas dans un restaurant non loin du lac. Le redémarrage est difficile, il fait chaud, et il y a une petite butte entre le lac et Clermont l'Herault. J'ai hâte d'arriver, car je commence à avoir bien mal au fondement....  Pour ma prochaine balade, je ferai bien plus attention à être confortable sur la selle, car cela gâche le plaisir. J'arrive à Clermont l'Herault pour voir que l'hotel ou je dois dormir, ne reçoit pas avant 16h00. Dans les autres hotels, ou j'ai été, cela ne posait pas problème d'arriver plus tôt, mais là non.... Bon, je me trouve un bistrot et je sirote des bières en écoutant de la musique jusqu'à ce qu'il soit 16h00. Finalement, l’accueil est sympathique malgré tout et la chambre bien confortable. Attention toutefois pour recharger les batteries, car comme cela se fait souvent, la chambre est équipée d'un système coupant l'électricité quand on quitte la chambre..... Je décide de ne pas faire de restaurant ce soir, je commence à saturer.... Il y a u Super U pas loin de l'hotel et je vais y faire quelques courses pour diner. Le retour à la civilisation est un peu brutal et je ne reste pas longtemps dans les allées du super marché....



J'ai roulé sur la planète Mars


La mousse et le barbelé










Arrivée au Lac du Salagou

Un bon bain qui fait du bien



Relive 'GTMC 2018 En VTTAE - Étape 11 : Lunas - Clermont l'Hérault'


Sélection du message

GTMC 2018 en VTTAE de Volvic à Pézenas

Préambule Ça faisait longtemps que je voulais faire un "grand voyage", chose impossible pour moi dans le cadre classique boulo...

Articles les plus consultés